Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 08:00
Jean-Pierre Lesieur : « 2013, Poésie »

L’époque est à la succession des journées de ceci et de journées de cela… Ce qui tue l’idée même de célébration ! Jean-Pierre Lesieur, lui, a décidé de décréter l’année 2013 année de la poésie. Et il a bien fait ; dans les deux sens de l’expression : on prend la poésie au sérieux et il a écrit et mis en ligne quotidiennement pendant cette année une réflexion sur la poésie… Et en 2014, il réunit ce qu’il a écrit en un volume qu’il a fabriqué lui-même, comme il fabrique sa revue Comme en Poésie, c’est-à-dire avec les moyens du bord… Alors que la poésie n’intéresse pas grand monde ! Chapeau l’artiste ! Même si on peut le trouver anachronique : c’est qu’il ne joue pas contre la montre, c’est qu’il ne joue pas en respectant les codes du temps…
Jean-Pierre Lesieur réussit le tour de force de ne pas se prendre au sérieux tout en parlant sérieusement de la poésie. Lucidité et humour sont les deux mots qui viennent spontanément à l’esprit de qui le lit. Les formes qu’il utilise sont multiples : informations, interrogations, parodies diverses, jeux de mots … que traversent les mœurs actuelles du petit monde poétique (compte d’auteur, nombrilisme, recherche absconse, salons où paraître, indifférence généralisée des poètes à l’égard de leurs semblables…). La lucidité n’est pas absente de ces constats : « Il se décida à écrire comme tout le monde et enfin il eut deux lecteurs » affirme-t-il, non sans raison, d’un poète ! Une lucidité qui rappelle la misère de la poésie : « On ne rémunère pas la poésie écrite. L’écriture d’une chanson rémunérée, le compositeur de musique rémunéré, le sculpteur, le peintre, et tant d’autres rémunérés. » Eh oui… Mais cette lucidité ne va pas sans auto-dérision et c’est là que Lesieur est au meilleur de sa forme : « Mécanicien de la poésie, il était chargé de mettre de l’huile dans les rouages des poèmes. Cela tombait bien il s’appelait Lesieur et il avait la matière première à portée de main. Il ouvrit un garage aux poèmes dans lequel les burettes de mots fonctionnaient à plein régime, les jours de manque. » Le lecteur reconnaîtra dans cette pensée du 148ème jour le portrait de Jean-Pierre Lesieur…
Je suis heureux d’avoir lu ces aphorismes et autres billevesées qui ont agité les neurones de Jean-Pierre Lesieur : c’est que j’ai toujours refusé de m’inscrire à Facebook : je me méfie, comme de la peste, de ces réseaux qui n’ont de sociaux que l’appellation (même pas contrôlée). Oui à fesses-couilles, non à facebook : c’est ça, la poésie aujourd’hui… En attendant, il faut lire Lesieur car « la poésie , c’est une affaire de modestie ».

Lucien wasselin

(Jean-Pierre Lesieur. « 2013, Poésie ». Comme en Poésie éditeur, 188 pages, 12 €. Commande chez l’auteur : 2149 avenue du tour du lac. 40150 Hossegor.)

Repost 1
comme en poésie - dans PO2SIE
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 07:24
UN REVUISTE DE GRAND FOND
J'ai beaucoup servi la poésie et elle s'est beaucoup servie de moi. Dans les années 1970 j'étais membre d'un comité de rédaction d'une revue créée par un groupe de poètes, (Guy Malouvier, Jean Chatard, robert Momeux, Guy Dubeau, Michel Héroult, Christine Razanajao entre autres) sous une forme coopérative,chacun cotisant mensuellement pour payer la revue qui avait pour titre Le puits de l'ermite qui publia de nombreux poètes connus ou inconnus. Après une trentaine de numéros dans les années 80 je m'attelais seul à construire une autre revue Le Pilon en la fabricant entièrement à la presse à épreuve. J'y ai publié, aussi un grand nombre de poètes connus ou inconnus. 28 numéros plus tard je cessais la parution et il fallut attendre l'an 2000 pour que je m'attelle à publier une autre revue qui existe encore de nos jours Comme en poésie, toujours sur le principe de l'artisan qui fabrique lui-même la revue, et qui en est au 57 ème numéro. Entre temps je me suis équipé de machines plus modernes pour me faciliter le travail.
C'est dire que j'ai vu passer entre mes mains des centaines, peut être des milliers de poèmes, de poètes contemporains qu'il m'a fallu lire, choisir et éditer.
Toujours en franc-tireur de la poésie libre de toute contrainte que mon bon plaisir.
UN REVUISTE DE GRAND FOND
PS.) Pour le Pilon et comme en poésie je peux encore fournir tous les numéros, si vous aimez la poésie cela ne peut pas vous laisser indifférent.
A bon entendeur salut!
REVUISTE DE GRAND FOND : Jean-Pierre Lesieur
REVUISTE DE GRAND FOND : Jean-Pierre Lesieur
REVUISTE DE GRAND FOND : Jean-Pierre Lesieur
REVUISTE DE GRAND FOND : Jean-Pierre Lesieur
Repost 1
comme en poésie - dans poésie
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 14:00

Voilà. Le livre 2013 Poésie, (pensées, aphorismes, réflexions, conneries, pataquès, ruminations etc) est pratiquement prêt. cf photo. (un an chaque jour d'écrits sur facebook) Fabrication artisanale à Comme en poésie
Dans un premier temps il sera envoyé aux commandes sur internet.180 pages, 14x21, relié au prix de 15 €, port compris. 2149 av. du tour du lac 40150 Hossegor. Un beau cadeau pour ceux qui sur facebook ont suivi jour après jour l'avancée de la rédaction de ce livre en 2013. Une belle publicité gratuite aussi pour facebook. Bonne lecture amis si nombreux. (39
08)

2013 Poésie (pensées, aphorismes, réflexions, conneries, pataquès ruminations etc.2013 Poésie (pensées, aphorismes, réflexions, conneries, pataquès ruminations etc.2013 Poésie (pensées, aphorismes, réflexions, conneries, pataquès ruminations etc.
2013 Poésie (pensées, aphorismes, réflexions, conneries, pataquès ruminations etc.
Repost 0
comme en poésie - dans poésie
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 17:12

Revue | Comme en poésie

Dans le microcosme poétique, il existe une phalange d’hommes dont il faut saluer très fort le courage et la passion. Ce sont les revuistes qui vouent leur vie de passeur aux autres, au détriment bien souvent de leur travail poétique personnel. Ils sont généralement implantés en province et sont donc un rouage essentiel permettant à la poésie contemporaine de survivre localement à son éternel coma prolongé.

Parmi eux, il en est un qui s’appelle Jean-Pierre Lesieur.

Né en 1935 à Paris, ce poète, comme on peut le deviner à travers ce qu’il écrit, est un homme généreux et ouvert aux autres. Il a su conserver son âme d’adolescent en brandissant haut et fort, aussi souvent que nécessaire, le drapeau de la révolte contre les injustices subies par les démunis face aux puissants.

Et comme Georges Cathalo l’a écrit à son sujet dans la revue Texture :

« Jean-Pierre Lesieur peut être considéré à juste titre comme l’un des plus brillants revuistes de notre époque. En effet, après avoir participé à la belle aventure de la revue Le Puits de l’Ermite de 1965 à 1975, il avait fondé Le Pilon (1976/1982), une revue artisanale tout à fait atypique. Parvenu à la retraite, on aurait pu croire que Lesieur allait couler des jours paisibles, mais pas du tout puisque depuis dix ans, il anime une nouvelle revue intitulée Comme en poésie.

Dès le premier numéro, il fit appel à quelques confrères aussi passionnés que lui et à quelques proches. Des 28 pages du début, la revue passa à 32 puis à 44 et enfin à 64. Pour l’instant, Lesieur s’en tient là même s’il a dans ses cartons de quoi remplir bien plus de pages avec les écrits de centaines de poètes de tous horizons. »

Sur son site internet, il présente ainsi Comme en Poésie :

« Revue de poésie sur papier et sur internet, qui prendra la poésie à bras le corps partout par où on peut la saisir.

Elle privilégie le poème, mais est aussi ouverte à différentes formes d'écritures, de dessins, de photos, de chanson, de performances, de mail art, de petites annonces humoristiques, de contes, de nouvelles, etc...

"comme en poésie", ne fera pas d'exclusive poétique, mais recherchera une qualité d'écriture et d'originalité en faisant la chasse aux clichés, redites, traces informelles, doublons, minauderies, copies, piratage..

"comme en poésie" se veut un lieu de discussion et d'ouverture sur la poésie en train de se faire, sans oublier ce que nous devons aux poètes passés qui écriraient différemment aujourd'hui.

Les activités tournant autour de la revue se détermineront en fonction des propositions de chacun de tous, des moyens et de moi.

Publications, rencontres, correspondance, tract, manifestations, aide, nouvelles de chacun et des autres en poésie, actualité de la poésie.

Comme une lettre à la poste (tract par ordinateur) envoyé gratuitement.

Anthodétail. (anthologie permanente de poètes actuels).

Poésie à l'école (il y a beaucoup à dire et à faire).

Merci de me contacter et de me dire ce que vous pensez de la revue même si ce n'est pas des louanges, c'est en causant qu'on progresse. »

Jean-Pierre Lesieur a choisi de donner au plus grand nombre une chance de publication en réservant à chacun, seulement une ou deux pages de la revue, contrairement à Contre-Allées, par exemple, qui donne souvent plus d’espace aux auteurs retenus, Cela signifie que depuis l’origine, environ 500 poètes ont vus clignoter pour eux une petite lueur de notoriété grâce à cette publication dans « comme en poésie ».

Certains des numéros sont consacrés à un thème fédérateur : le numéro 50, par exemple, est entièrement dédié à Jean L’Anselme, décédé en 2011 ; ou le numéro 55, consacré, sous la houlette de Hervé Mesdon, aux poètes originaires ou ayant des affinités avec la Bretagne.

Dans chaque numéro, on trouve, outre l’éditorial du maître de maison, des notes critiques sur les dernières éditions en recueils ou revues ramassées en une ou deux pages.

Et la revue n’étant pas prisonnière de subventions officielles et ne vivant que par la fidélité de son lectorat, il est important de la soutenir en s’abonnant. (12€/an, soit le prix d’un petit bouquin…)

Internet

Jean Gédéon

Repost 0
comme en poésie jean pierre lesieur - dans poésie
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 14:29

parution du numéro 56 de Comme en poésie le 4 décembre 2013. 13 ans déjà de revue et si vous voulez que les revues de poésie papier vivent encore, abonnez-vous, rien ne remplacera la lecture papier.

Sommaire n° 56
Page 1 : édito / POT AU FEU
Page 2/5 : Olivier AULRY
Page 6/7 : Alain HELISSEN / Christine VAN ACKER
Page : 8/9 : Jean-Marie ALFROY
Page 10/13: Béatrice MACHET
Page 14 : Robert CHANAL
Page 15 : Marie-Laure VALLɀE
Page 16/19 : Alhama GARCIA
Page 20 : Claudine LECOQ
Page 21 : Maurice RICHOUX
Page 22/23: Pierre MIRONER
Page 24/25 : Ludovic CHAPTAL
Page 26/27 : Daniel BIRNBAUM
Page 28/29 : Fabien DROUET
Page 30/31 : Simon MATHIEU
Page 32 : Philippe KOUAL
Page 33 : Karim CORNALI
Page 34 : Claudine HERMANT
Page 35 : Basile ROUCHIN
Page 36 : Alenka ZVER
Page 37 : Didier OBER
Page 38/39 : André NICOLAS
Page 40/41: Sylvie RIGHETTI
Page 42/43 : Julien LADEGAILLERIE
Page 44: Bénédicte LEFEUVRE
Page 45 : Henri CACHAU
Page 46/47 : Valérie CANAT DE CHIZY
Page 48/49 : Michel VALMER
Page 50/51: KIKO
Page 52 : Stella VINITCHI RADULESCU
Page 53/55 : Hervé LOUBIÈRE
Page 56 : Jean-Claude HOLMEY
Page 57 : Michelle CAUSSAT
Page 58/59 : JM GOUGEON
Page 60/61 : Line SZÖLLÔSI
Page 62/64 : Claude ALBARÈDE
Page 65 : Vincent CADET
Page 66/67 : Georges CATHALO
Page 68/69 : COURRIER
Page 70/72 : CARTES LÉGENDÉES
Page 73 : 2013 ANNÉE DE LA POÉSIE
Page 74/76 : LA CITÉ CRITIQUE
Page 77 : Ella ASSIMAKOPULOS-PASCUAL
Page 78 : POT AU FEU édito
couverture du numéro 56

couverture du numéro 56

Repost 0
comme en poésie
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:51

La revue comme en poésie invite les poètes à faire front et se regrouper pour la diffusion de leurs œuvres. un email j.lesieur@orange.fr pour dire que vous êtes d'accord pour cette proposition et comptez entrer dans le groupe.

Par écrit : 2149 av du tour du lac 40150 Hossegor.

Si nous sommes suffisamment nombreux et actifs il n'y a pas de raison que cette entreprise ne réussisse pas.

Si vous avez d'autres idées n'hésitez pas à me les communiquer. Internet nous servira de base relai pour la communication et les lieux de dépôts seront communiqués au fur et à mesure.

A vos plumes et à vos idées. Jean-Pierre Lesieur

Repost 0
comme en poésie
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 09:14

Comme en poésie 55 a été mis à la poste ce matin 18 septembre.

Poètes en Bretagne


Il m’a souvent été donné de détester l’égocentrisme exacerbé des poètes et pourtant, toujours au moins pour ceux qui sont ici présents, je les comprends et je les aime. C’est comme ça la poésie. C’est plus compliqué que les « poésie c’est comme ci » et « poésie c’est comme ça » que chapelles et églises voudraient nous faire avaler comme vérités révélées.
C’est pour ça que d’essayer de rassembler de 20 à 30 poètes sur l’idée de ce « Poètes en Bretagne » m’a séduit. La poésie, je ne sais pas ce que c’est et c’est pour ça que je continue à en écrire, à en lire parfois, à laisser les recueils me tomber des mains souvent.
Donc s’ils m’énervent, me déçoivent, si leurs petites querelles intestines m’exaspèrent, je crois que je suis de leur monde, le monde étonnant, incroyable, incompréhensible de la poésie.
Poètes en Bretagne. Aucune prétention à quelque vision anthologique des poètes poétisant en Bretagne. Simple rassemblement de quelques uns de ceux que je connais, que j’aime et qui me touchent. Suivant le souhait de Lesieur j’ai préféré donner à lire les poèmes que d’accorder de la place aux notices bio-bibliographiques.
Poète en Bretagne, est-ce si différent que d’être poète en Auvergne ou dans les Alpes? D’une certaine façon, non. Aussi déprimant qu’ailleurs d’aller dans les salons littéraires ou les librairies écrire sur page blanche de ses livres quelque dédicace convenue. L’une des rares fois où je me suis essayé à la chose, le libraire sollicité avait dit que comme c’était le printemps des poètes il allait faire un effort, mais qu’il ne fallait pas espérer grand monde, « la poésie, vous savez… » et il m’avait installé derrière une table au fond de sa librairie, encasematé derrière deux piles de mes bouquins. Je suis resté là longtemps sans qu’aucun de ceux qui poussaient la porte à grelot de la boutique ne se soit aventuré jusqu’à moi. Sur ma gauche sur un rayon squelettique, recroquevillés dans des plaquettes aussi invisibles que le vent des rêves qui les avait fait naître, je crois avoir vu les poèmes s’empourprer de honte.
Donc en Bretagne comme ailleurs on lui en veut à la poésie. La télé, la radio, les éditeurs, la littérature, les bibliothèques, les médiathèques, les libraires lui en veulent. Tout le monde lui en veut et du coup personne n’en veut ?
Il m’arrive quand même de me demander si certains poètes ne font pas ce qu’il faut pour ça. Jouer au chat et à la souris avec d’éventuels lecteurs parait être pour certains au cœur même de leur pratique poétique. En Bretagne comme ailleurs, depuis un peu plus d’un siècle (Verlaine, Rimbaud) le poète est maudit. Tout de suite certains ont trouvé que c’était pas mal d’être maudits, mieux peut-être que de vivre la vie, ça permettait même aux pires de se voir en génie oublié.
Il y a une différence tout de même et elle est d’importance, c’est qu’ici les poètes (en tout cas ceux qui se trouvent ici: aucun n’écrit en breton), bretons de naissance ou d’adoption que le breton leur ait été langue d’enfance ou non, ils écrivent dans une langue assassine, qui a assassiné bien sûr mais continue systématiquement encore à assassiner la langue bretonne (voir polémiques soulevées récemment au Sénat à propos d’un statut des langues régionales). Chacun doit trouver sa place et ciseler sa parole à partir de son rapport à cette question de la langue.
Il y a quelques années, j’écrivis ceci : « Je suis breton et ne parle pas breton. On n’a pas voulu que je sache… Je m’en fous un peu. Un peu seulement. La mer, le ciel et le granit chez nous parlent fort, si fort que très tôt on apprend à se taire. Quand on est breton l’avant et l’après sont silencieux et le présent n’existe qu’à l’intérieur de soi. Des morts sont toujours là avec leurs mots qui ont perdu leur sens et il nous faut bien les plaindre ceux-là, qui sont pourtant ceux qui de notre langue nous ont castrés. »
Bonne lecture et comme dit Arduen « degemer mat e Breizh »

Hervé MESDON

Repost 0
comme en poésie
commenter cet article
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 10:16

parution de la revue Comme en poésie 55

~~Sommaire n° 55

POETES BRETONS numéro réalisé par Hervé MESDON

Page 1 : édito / POT AU FEU
Page 2/3 Poètes en Bretagne H.MESDON
Page 4/5 : Patrick ARDUEN
Page : 6/7 : Josiane BEGEL
Page 8/9/10 : Louis BERTHOLOM
Page 11/12 : Jean-Pierre CARON
Page 13/14/15 : Marie Josée CHRISTIEN
Page 16/17 : Sylvain CREACH
Page 18/19 : Gilles DURIEUX
Page 20/21 : Pierre GOULETQUER
Page 22/23/24 : GUENANE
Page 25/26 : Jean-albert GUENEGAN
Page 27/28 /29 : René GUYOMARD
Page 30/31/32/33 : Alain JÉGOU
Page 34/35/36 : Jacques JOSSE
Page 3738/3940 : Émilienne KERHOAS
Page 41/42/43/44 : Jean-Paul KERMAREC
Page 45/46 : Jean-Christophe LE CLOAREC
Page 47/48/49 : Gérard LE GOUIC
Page 50/51: Henri LE GUEN
Page 52/53/54 : Thierry LE PENNEC
Page 55/56/57 : Ève LERNER
Page 58/59 : Hervé MESDON
Page 60/61/62 : Yann ORVEILLON
Page 63/64/65/66 : Gérard PREMEL
Page 67/68 : Éric SIMON
Page 69/70/71/72 : états des lieux de la poésie en Bretagne
Marie Josée CHRISTIEN
Page 73/74/75 : CARTES LÉGENDÉES
Page 76/77/78 : LA CITÉ CRITIQUE JPL

On s'abonne au siège de la revue 2149 av du tour du lac 40150 Hossegor pour 12 € le numéro 3 € étranger 15 €.

photo couverture  comme en poésie 55

photo couverture comme en poésie 55

Repost 0
comme en poésie
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 09:18

2013 année de la poésie (188 ème jour)
il terminait toujours ses poèmes par cul. Ainsi disait-il, il tenait mieux sur son fondement. Et il s'étonnait lui le religieux, celui qui communiait tant avec la nature, qu'on le classe dans les poètes érotiques.
c'est que les voies de la poésie sont impénétrables même pour les dévots du paradis terrestre.
2013 année de la poésie
Serviteur !

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 07:13

2013 année de la poésie
Il envisageait sérieusement de faire prendre des vacances à sa poésie. Il se renseigna auprès d'organismes spécialisés aucun ne voulut la prendre en charge. Il se résolut à partir avec elle sur le plateau de Millevache, se disant qu'ainsi elle se sentirait moins seule.
La poésie cherche son chantre éleveur à temps plein, même pendant la vacance.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article

Articles Récents

Pages