Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:21

2013 année de la poésie (89 ème jour )
Quand j'allais encore à l'école chaque matin, entre mes crayons et porte-plume d'écolier je glissais un poème. Toute la journée je le gardais bien au chaud et le ressortais le soir. Il me tenait compagnie poème fidèle des bons et mauvais jours.
Un jour, je n'eus plus de cartable j'étais devenu complètement adulte et je regrettais toute ma vie, mon poème.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 16:10
Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 14:12

Il ne faut jamais désespérer de la poésie. il avait toute sa vie de poète passé entre le mur et l'affiche sans la décoller. Personne ne le connaissait en dehors de son ange gardien. Quand il mourut on grava son nom sur la plaque d'une rue de sa commune et sur la maison ou il habita.
Mort on commença à le lire jusque dans les préaux des écoles.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 11:01

Un livre à lire commande à comme en poésie 2149 av du tour du lac 40150 Hossegor. 15 € plus port. 250 pages format 14x21 Paypal j.lesieur@orange.fr

Jean-Pierre Lesieur : ARTISAN ÉCRIVEUR REVUISTE (Comme en poésie)

Quelques réflexions avant même d'entrer dans le livre. D'abord le titre ternaire s'affiche davantage comme une enseigne que ce qu'on a l'habitude de lire comme titre de recueil. La preuve, le revuiste (Le Puits de l'ermite, Le Pilon et Comme en poésie) n'apparaît pas en tant que tel dans ce « Choix de textes » d'une quinzaine de recueils de Jean-Pierre Lesieur, alors que le livre fonctionne aussi comme un catalogue est-il dit en quatrième de couverture. Écriveur, c'est l'expression qu'il se donne à lui-même alors que les autres l'appellent poète, vocable qui recouvrirait les trois éléments du titre d'un coup. Enfin le mot artisan n'est pas galvaudé puisque ce recueil de recueils de 250 pages a été entièrement fabriqué avec les moyens du bord, me glisse-t-il en dédicace. Il y quelque part comme un immense orgueil à tout réunir soi-même ainsi, et cet ouvrage, en partie pour les mêmes raisons, se regarde un peu comme une œuvre testamentaire (même si nous souhaitons la plus longue vie possible à notre ami, bien entendu !). Lequel fait partie également de mes 33 auteurs anthologies dans la Poésie de A à Z, chez Rhubarbe. (Il fut, rappelons-le, double Polder et chroniqueur par deux fois dans la revue...) Jean-Pierre Lesieur superpose plusieurs sédiments linguistiques dans son millefeuilles de poésie : un côté gouailleur et volubile, du fait de ses origines prolétaires et parisiennes qu'il aime perpétuer, J'ai la langue bien pendue des bûcherons du verbe, c'est sa tendance Prévert, avoue-t-il, une base lyrique qui se perçoit dans la reprise et le leitmotiv, une fibre polissonne jamais démentie qui donne de la verdeur à ses vers, des fulgurances surréalistes dans l'estomac des lacs sous la panse des barques, c'est son versant Eluard, confie-t-il... Né en 1935, Jean-Pierre Lesieur arpente le siècle dernier sur le pavé parisien où il est né, il a connu l'Occupation enfant, et sa poésie, ce sont des photos noir et blanc des années 50. Quand on le lit, on feuillète un album d'histoire. Chaque texte adopte une forme adéquate : la liste, la recette, l'énoncé de problème, l'avertissement, l'invitation... En outre Jean-Pierre aime bien qu'à chaque recueil corresponde un personnage qui lui confère son unité: l'O.S., l'inadapté, Petit Plus, Suzette... On est dans l'album, le feuilleton et la galerie en même temps. Enfin, quoi qu'il en ait, le personnage central, principal, unique, c'est... le poète, un poète souvent moqué gentiment, mis à toutes les sauces, et aussi sacralisé au fond, et un peu lui-même, bien sûr. On remonte le temps, on relit les poèmes déjà lus, on relie les recueils déjà critiqués. On est un peu chez soi, dans son histoire à rebrousse-siècle. Jean-Pierre a deux écritures nettement distinctes qu'il mélange et croise à l'envi : le poème versifié et le poème en prose. Lequel lui permet d'être davantage narratif et de raconter les petites histoires de la grande histoire, les anecdotes capitales et les événements caricaturaux. Sans doute plus adéquat pour ouvrir les vannes humoristiques : II fut de bon ton, à une certaine époque, chez les gens du monde, d'avoir SON POETE dans les soupers fins et les sauteries intellectuelles. De nos jours (les vôtres comme les miens) on le loue seulement si un extra aux petits fours se décommande à la dernière minute... Mais le jeu de mots densifie l'effet : les lois du talion d'Achille. Roi du calembour et de l'anaphore, cette strophe enfin où se marient grande malice et petit désespoir, comme une signature : Le poète d'aujourd'hui sait que le désert avance sur cette planète et sait qu 'il est mieux préparé que les autres depuis qu'il y prêche. Jean-Pierre Lesieur, artisan, écriveur, revuiste et poète, tout en un.

© Jacmo in Décharge 157
15 €. 2149, avenue du tour du lac -40150 Hossegorjean-pierre-lesieur-livre.jpg

Repost 0
comme en poésie - dans poésie
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 14:14

2013 année de la poésie (87 ème jour)
La poésie est combattante par essence (action), si elle ne l'est pas elle disparait ou n'apparait pas. Si vous n'aimez pas la poésie elle ne vous aime pas non plus. La poésie n'a rien à faire des bisounours et des mièvres sentiments.
Mettez-vous en ordre de marche, poètes, l'avenir appartient à ceux qui torturent les mots.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:14

2013 année de la poésie (86 ème jour)
Je suis de nulle part et je vais nulle part. Ainsi déambulait LE POETE dans une ville de nulle part où nulle part on ne pouvait rencontrer d'habitants.
Cette immense solitude lui sembla louche et il écrivit deux fois plus de poèmes pour qu'on l'entende un peu.
Il laissa une oeuvre immense qu'on ne pouvait trouver nulle part ailleurs que dans sa tête.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 11:45

2013 année de la poésie (85 ème jour)
Il écrivait sa poésie en marchant. Au début il fit de grands vers amples et majestueux comme ses grandes foulées. L'âge venant il réduisit sa marche, ses pas se firent de plus en plus petits, ses vers aussi. Puis il ne marcha plus et sa poésie en souffrit.
Qui veut versifier loin ménage sa structure et allonge le pas.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 14:49

2013 anné&e de la poésie ( 84 ème jour )
L'abus de poésie n'est pas sanctionné par la loi. En fait il n'y aurait pas beaucoup de condamnés et les prisons ne seraient pas engorgées. Pourtant le trop plein peut être dangereux pour la santé intellectuelle, n'a-t-on pas vu des poètes qui se prenaient pour l'origine de la poésie en toute bonne conscience et trouvaient bizarre que personne ne s'en rende compte.
2013 année de la poésie
Serviteur.

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 14:39
Jean-Pierre Lesieur shared Marie-Josée...

Jean-Pierre Lesieur shared Marie-Josée Desvignes's photo.

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 10:10

2013 année de la poésie (83 ème jour)
En quête de poésie il parcourait les ruelles embouteillées d'internet. Parfois il tombait sur une pépite qu'il mettait de côté pour les nombreux jours sans rien. Coucou il s'infiltrait sur tous les murs, répondait à tous les messages, aimait tout et son contraire.
Il devenait ainsi célèbre seulement dans la petite cour de récréation d'un site qu'il avait contruit entièrement à sa dévotion.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article

Articles Récents

Pages