Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:57

2013 année de la poésie (95 ème jour)
La poésie est un art solitaire qu'Onan ne renierait pas. Elle procure au poète une jouissance du même ordre avec en prime la participation des autres : les lecteurs.
Quand elle peut se permettre de sortir au grand jour il y a des râles de plaisirs qui retentissent dans les sous-bois.
2013 année de la poésie
Serviteur !

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 12:22

un ami m'écrit : "si Michel Houellebecq se considère comme un poète alors je suis l'archevèque de Paris... Quelle imposture" et moi je suis la soupape de la poésie. On croit rêver rien ne nous sera pardonné en ce bas monde par les médias.

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:53

2013 année de la poésie (94 ème jour)
Après avoir epuisé toutes les voies du poème il se dirigea vers les voies du saigneur. Le sang de la poésie se mit à couler à flots dans les interstices de ses écrits. Une vigueur nouvelle ensuivit cette transfusion de mots.
il y a comme ça des actes chirurgicaux salutaires, encore faut-il trouver un bon donneur de sens.
23013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 16:59

2013 année de la poésie (93 ème jour)
Ah! écrire un poème, madame, pour vous, seulement pour vous, que vous lirez en cachette des autres et de votre mari, un poème d'amour/amant où les sous entendus prendront le pas sur les sur entendus, où le temps deviendra l'immensité du mot, un poème de moi à vous seulement. J'en rêve.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 16:57

LE FIL DES MOTS

Elle — regarde là-haut, le funambule
Lui — je le vois mal
Elle (se penchant) — sur quoi marche-t-il?
Lui — et bien sur un fil
Elle — mais quel fil
Lui — le fil des mots
Elle — tu te moques de moi
Lui — non, c’est sûrement un poète
Elle — à quoi le vois-tu?
Lui — il n’y a qu’un poète pour se risquer dans une telle aventure
Elle — funambule des mots, c’est beau
Lui — ah, attention, il trébuche
Elle — il tangue, se raccroche aux mots, il a du mal à franchir les accents
Lui — surtout l’accent aigu, ça pique et son pied peut rester planté dessus
Elle (criant) — attention au point d’interrogation c’est pointu comme un paratonnerre
Lui — il l’évite, ça y est, il sort de la zone dangereuse
Elle — tu distingues ses yeux
Lui — oui deux parenthèses
Elle — non ça c’est son balancier
Lui — tu ne trouves pas qu’il marche un peu trop vite, c’est risqué ?
Elle — ça monte, une montée très technique, des alexandrins
Lui — un pantoum
Elle — le pantoum de la mort. C’est quoi un pantoum?
Lui — un poème à forme fixe qui empêche le poète de déraper
Elle — tu as raison les formes fixes, ça cadre
Lui — oh pas de chance, il glisse sur une rime
Elle — ah la saloperie toujours dans les pattes. Regarde il bascule, tombe dans le vide, chute
Lui — non, d’une main il se raccroche au fil des mots
Elle — il se balance comme Tarzan au bout de sa liane
Lui — il réussit à mettre ses deux mains sur le fil
Elle — faut aller l’aider
Lui — rien à faire, on ne peut pas arrêter un poète qui se balance au fil des mots
Elle — il lâche, il tombe, c’est affreux, il va s’écraser sur le sol
Lui — encore un poète maudit.

Jean Pierre lesieur inédit extrait de Les poètes au théâtre à paraîtrre aux éditions Comme en poésie.

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 13:13

Danger, un auteur à découvrir il y a risque pour la couverture.

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:43

2013 année de la poésie (92 ème jour)
j'aime à croire que la poésie s'engrange dans les silos de la mémoire pour renaître un jour encore plus belle, encore plus grande, encore plus rebelle pour les générations à venir.
La revue de poésie est ce silo dans lequel il fait bon venir picorer même quand le poète folâtre dans les plaines éternelles de l'oubli.
2013 année de la poésie
Serviteur !

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 14:34

texte envoyé à Comme en poésie par Pierre Autin-grenier et paru dans le numéro 5 printemps 2001. J'en redemande
COMME SUR INTERNET Dimanche 20 novembre
Saint Edmond
Je suis comme tout le monde : j'ôte mes chaussures et voilà des trous à mes chaussettes! J'enlève mes chaussettes : par les trous je vois une armée de va-nu-pieds qui —Allons-y gaiement!— part pour la guerre; cent culs-de-jatte qui s'entredéchirent comme chiffonniers avec une bande de bossus; des pendus grimaçant au clair de lune cependant que ripaille et rigole autour des gibets la foule des honnêtes gens.
Le train-train des événements ordinaires en somme agrémenté de minus­cules péripéties de même acabit qui semblent composer ainsi le pittoresque de l'existence.
Une maille à l'endroit, une autre à l'envers, il me faudrait à l'aide d'un œuf de bois dès ce soir vite ravauder ces chaussettes si je veux demain y voir un peu plus clair.
Les radis bleus " I extrait inédit) PAutin-Grenier Cher Jean-Pierre Lesieur,
Eh oui! tout ce petit cinéma au saut du lit pour que tu puisses toucher du doigt l'incroyable : j'ai bien intégré depuis une grosse poignée d'heures la tribu des Wanadoooooo! (Les cheyennes aux yeux de lapin). C'est pas rien, à mon âge, de s'ajuster à l'époque et maintenant je peux mourir tranquille : c 'est un homme à la page qu 'enterrera ma veuve rassurée. Certes pour le moment j'en suis encore à dépiauter entièrement mon iMac avec tournevis et clef de douze pour zyeuter dedans s'il n'y aurait pas une enveloppe cor­rectement affranchie à mon adresse; j'envisage, c 'est sûr, mettre bientôt au point un système plus efficace et moins contraignant pour retirer mon cour­rier. Ces techniques trop modernes réclament quelque entêtement, une cer­taine patience et, tu le sais, des nerfs d'acier. Certes l'abus de mâcon village n 'y aide point —je n 'entends cependant pas y renoncer pour autant ni sur­tout me mettre à l'eau plate, merde alors! Pour finir, disons que tout ça c 'est COMME EN POÉSIE, il faut savoir prendre son temps et même un peu de celui des autres...
Si ce message t'arrive, grâce à Dieu et Dyable réunis, alors bonne journée à toi tout autour du lac et mon amitié avec.
PS/ tu peux communiquer aux lecteurs de la revue mon adresse hymaille si certains veulent donner des nouvelles ou des poèmes. LA VOILÀ : pierre.autin-grenier@wanadoo.fr
Et un site pour la bonne bouche : www.multimania.com/nuel (vous vous sou-vennez c'était lui qui faisait la revue CASSE : Jean-Jacques NUEL.)

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 08:48

2013 année de la poésie (91 ème jour )
l'écriture poétique a ceci de merveilleux qu'elle permet tout, le vers libre porte bien son nom. Le vers occupé est encore courtisé. La performance amuse des salles vides. Le vers de recherche se cherche encore. Le vers de demain qu'en sera-t-il?
Ce que je peux dire a sa décharge c'est que le poète aujourd'hui donne plutôt dans le vers solitaire.
2013 année de la poésie
Serviteur

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 08:04

2013 année de la poésie ( 90 ème jour)
La poésie dans tous ses états : écriture, lecture, chanson, cinéma, théâtre, opéra, cabaret, ambiance, amour, guerre, politique la poésie dans tous ses états est partout...
Et nous les poètes nous la prenons dans nos bras et trouvons qu'elle se donne bien à n'importe qui, n'importe où et n'importe comment.
2013 année de la poésie
Serviteur
(samedi 11 mai la poésie dans tous ses états fera escale à Hossegor au studio 40 à 20 h 30)

Repost 0
Jean-Pierre Lesieur
commenter cet article

Articles Récents

Pages