Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 17:49

Bravo pour ton dernier Comme en poésie ! Belle couverture, ce que j’apprécie c’est que tu ne sombres pas dans la belle revue luxueuse, le genre à caser directement dans la poubelle. L’approche marketing, le bel objet et tous ces conneries – pas plus de bel objet que de beurre au cul, les gens, avec un bon budget  et une bonne  attaque médiatique, tu leur fais avaler n’importe quoi, rimbaud rambo steack frittes bhl tout à la fois ! Enfin pour l’éloge funèbre et l’humour obligatoire je n’accroche pas trop, à 90 ans on peut bien mourir non ! Le mieux je pense, serait de caser des poèmes des disparus sans indiquer qu’ils sont morts,  glisser leurs textes avec les autres de temps en temps, question de montrer que ceux qui vivent encore sont aussi morts ou l’inverse, qu’importe !

> Une journée à tirer, mange bien ce midi, fais ton petit caca quotidien, le pipi pas trop, parfois même dans la merde, faut courir on est loin du chiotte le plus proche!

MARZUOLO Fabrice

 

Dans le dernier numéro, le 50ème, de Comme en poésie, Jean-Pierre Lesieur rend un magnifique hommage à son ami disparu Jean l'Anselme. Des lettres amicales, des salves de poèmes, on n'en ressort pas indemne. A lire et à relire de long en large, à la verticale et à l'horizontale. Le père l'Anselme faisait de la poésie un acte d'humilité quotidien: ses franches rigolades, son humour plus fort que la mort et le désespoir nous remettent les pieds sur terre et les idées bien en place. Une cure de jouvence, vous dis-je ? Juste avant de recevoir la revue, mon ami Tristan Cabral m'avait envoyé quelques numéros aujourd'hui introuvables de la revue d'art et d'humeur "Le fou parle". Dans le n°8 d'octobre 1978, on y trouve un petit recueil de Jean l'Anselme intitulé "Poèmes tartes". Je ne peux résister au plaisir de vous en envoyer quelques uns à la figure (les dans les commentaires ci-dessous). ·  Quand on voit le panier à salade / ça commence à sentir le vinaigre / Mieux vaut fuir la chicorée / avant d'être bon comme la romaine / On reçoit des marrons / quand il y a d'la châtaigne. J. l'Anselme

Et pour finir "PLUS FORT QUE LA MORT" : "Un cul-de-jatte est au moins sûr de ne pas partir les pieds devant". J. l'Anselme

 

André CHENET       

 

Bien reçu le Comme en poésie 50, c’est du beau travail que tu nous a fait là, Bravo. Ce numéro spécial sera à garder précieusement pour les traces qu’il contient autour de l’ami L’Anselme.

Peut-être qu’un jour je retrouverai deux ou trois photos de ces passages à Durcet (je ne suis pas le roi du rangement.)

 Jean Claude TOUZEIL

 

La mort de Jean L’Anselme a laissé le cœur gros à bien des lecteurs, des poètes, des amis, et les hommages se multiplient. Parmi ceux-ci, celui que Jean-Pierre Lesieur rend, dans sa revue Comme en poésie (numéro 50), a un vieux pote et complice. En fait, le numéro « Les amis de Jean » avait été lancé avant que la mauvaise blague ne soit annoncée.
On trouve là, parmi des textes, des lettres et des photos de Jean L’Anselme, de nombreux témoignages, études et poèmes d’amis, dont le frère en humour Christian Moncelet, et toutes ses frangines et frangins en poésie, d’hier et d’aujourd’hui, Colette Andriot, Georges Cathalo, Denis Parmain, Jacques Simonomis, Patrick Ferez Sécheret, Dan Bouchery, Jean-Marc Couvé, Lise Mottet, Gérard Le Gouic, Guy Chaty, Claude Vercey, Claude Albarède, Guénane Cade, Martine Caplanne (qui l’a mis en musique, dit et chanté), Claude Rinval et votre serviteur.
Un numéro chaleureux, qui reflète bien le bonhomme. Bravo au compère Lesieur !

 

Michel BAGLIN

 

Jean-Pierre,

 

J'achève ce très beau numéro consacré à Jean L'Anselme, qui marque le début de sa seconde vie, après la terre...

J'ai lu aussi son dernier livre, plein de lucidité et d'humour. Pour que l'humanité soit un peu meilleure.

Bises.

 

Evelyne MORIN

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
comme en poésie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Pages