Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 08:20

Le numéro 41 sera mis à la poste le 3 mars 2010 (pour les abonnés, revue non vendue en librairie)


sommaire du numéro 41


Page 1 : Sommaire

Page 2 : Édito JPL

Page 3 : Hervé MERLOT

Pages 4 à 7 : Nicolas GILLE

Pages 8à 9 : Christine LAURANT

Page 10 à 11 : Danièle MARCHE

Page 12 : Isabelle LÉVESQUE

Page 13 à 14 : Simon MATHIEU

Page 15 : Thomas VERCRUYSSE

Pages : 16 à 17 : Hafsa SAFI

Pages 18 à 19 : Françoise BIGER

Pages 20 à 21 : Bernadette DELAGE

Pages 22 à 23 : Olivier MATHIAN

Pages 24 à 25 : Élisabeth ARAGON

Pages 26 à 27 : Isabelle GROSSE

Page 28 : Jacques ROLLAND

Page 29 : Maurice RICHOUX

Pages 30 à 31 : François-Xavier MAIGRE

Pages 32 à 33 : François-Xavier FARINE

Pages 34 à 35 : Michel GENDARME

Pages 36 à 37 : François TEYSSANDIER

Pages 38 à 41 : Hamid TIBOUCHI

Page 42 : Dominique GAUBERT

Page 43 : Jean-Louis BERNARD

Page 44 : Robert MOMEUX

Page 45 : Jean CHATARD

Pages 46 à 47 : André NICOLAS

Pages 48 à 49 : Catherine MAFARAUD-LERAY

Page 50 : Laurent BROCHARD

Page 51 : Jean-Pierre GAUBERT

Page 52 : Patricia LARANCO

Page 53 : poèmes manuscrits Lionel MAR

Pages 54 à 55 : La pasticherie, ALBARÈDE, COUVÉ

Pages 56 à 57 : CARTES LÉGENDÉES

Pages 58 à 59 : POT AU FEU

Pages 60 à 61 : LES LIVRES REÇUS / COUPS DE CŒUR

Pages 62 à 63 : LES REVUES

Page 64 : INTENDANCE



LE HARD EN SORT

(pastiche à la mémoire de Charles CROS)

 

 



Aux sous-papes; assez, cul : ris, té!

Il était un grand corps beau - doux, doux, doux

Contre ce corps une queue - longue, longue, longue,

Et, au sol, un vilain sort - hi, hi, hi

Le vit s’étonne en ses mains  - serré, serré, serré

Son dard autour du nœud coule  - chaud, chaud, chaud,

Elle pelote sa bourse  -pleine, pleine, pleine.

Lors, elle monte la queue - longue, longue, longue,

Se plante ce nœud coulant  -paf, paf, paf!

Tout au fond de son corps beau  -doux, doux, doux

Il l’est salé, dare-dare - qui monte, qui monte, qui monte,

Fait nœud coulant à sa bourse - hot, hot, hot

Pour con-trer tel vit... l’en sort - hi, hi, hi!

Il bande encor’ de la queue - longue, longue, longue

La flatte par le sous-dard - tendre, tendre, tendre,

Et puis, il s’en vit aie heur : Oui! OUI!! OUI!!!

Depuis lors, le vit lent sort - ah! ah! ah!

Dès qu’elle flatte sa bourse - pleine, pleine, pleine

Et elle - sa sœur-  bat l’beurre : quel mât leurre! quel mât leurre!

J’ai proposé ce pastiche, - pistaché /  piste hachée,

Pour mettre (ou fourrer) les culs - coincés,  coincés,  coincés,

Et amuser les cochons - groin, groin, groin!

 

Jean-Marc COUVÉ

 

Lettre d'un ex-directeur de revue de poésie à un jeune poète

Cher Poète.

J'ai bien lu vos poèmes. La société sacralise des Van Gogh qui, vivants, étaient miséreux. Aujourd'hui, il faut de la belle littérature, lisse et sans vagues, un temps calme donc, pour qu'il n'y ait pas un mot plus haut que l'autre. Fuyez la FNAC, la vraie littérature appartient à la rue. Fuyez les belles paroles formatées ! Ne pas faire comme d'Ormesson dans les jeux à la télé. A la limite, vous pouvez balancer votre poésie sur la façade de l'Elysée, histoire de faire parler de vous. C'est bien comme cela que l'on devient célèbre... il faut frapper, attirer les regards, puisque les génocides n'intéressent plus personne (ça passe mal à la télévision), puisque le sang se dissout très bien dans la lessive (surtout le sang des enfants et des femmes mutilées). Moi, je ne peux pas vous dire comment briller en poésie, il y a certainement des recettes que je ne connais pas. Tout cela est un peu irrationnel. Il y a des milliers de poètes... on est tous comme des cons devant la télé, la boite carcérale à faire reluire la connerie universelle. Ah, non, n'allez pas faire de vagues ! Nous serons artistes dans cent ans, en attendant il convient de la fermer. Il faut rester en ligne dans les salons, pas sur le front des mots (trop dangereux). Ben oui, la poésie que dalle, la poésie c'est vraiment très bizarre. Surtout, ne pas envoyer ses poèmes à d'Ormesson, on pourrait tous finir dans une émission de variétés, la honte du poète, le déshonneur ! Gardez vos poèmes silencieux. La poésie s'écrit dans le silence de la geôle. Soyons tous des poètes maudits à découvrir dans cent ans ! Aujourd'hui, il faut faire du tapage ou se coudre les lèvres... N'allez surtout pas émettre un vers au café, en société, ça risquerait de vous détruire... pire, vous pourriez être reconnu comme poète ! C'est bien là le début des emmerdements ! Restons lisses, polis comme des galets et l'océan charriera ses marées de pétrole. Qui a dit que la poésie a une quelconque utilité publique ? On rêve tous de finir dans des recueils (cercueils), la mort du poète, sa fin inévitable ! Le poète aussi aime le repos, le silence ! Désolé de ne pas pouvoir faire plus pour vous. Vos poèmes auraient mérité de paraître dans Mot à Maux. Bon vent quand même.

Laurent BROCHARD ex-directeur de la revue Mot à Maux

 

DESSIN DE COUVERTURE / Hamid TIBOUCHI

P1010716.gif

 

 

Partager cet article

Repost 0
comme en poésie - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Pages