Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 16:23
 

Je ne peux pas redouter  la crise financière je suis équipé de telle sorte que je peux fabriquer une revue de poésie même en plein milieu d’une jungle impénétrable et ensuite je confie la diffusion à Tarzan de liane en liane.

 

L’ARPEL refuse de me donner une place dans son stand du salon du livre de Paris pour diffuser la revue (pour rappel L’ARPEL doit être en principe au service de toute la communauté de l’édition donc il y en a qui sont plus communautaires que d’autres) et qu’est-ce que ce diktat qui fait que maintenant on ne peut pas participer à un salon de la littérature dans les stands régionaux  sans payer si on n’est pas un éditeur patenté mais un pauvre misérable bénévole qui édite sa modeste revue à 250 exemplaires de  peur qu’elle concurrence Gallimard et lui vole  des parts de marché. On rêve en plein potage. Le comble du comble c’est qu’on ne peut pas être invité comme auteur si on n’est pas mandé par un éditeur ayant pignon sur rue et cornaqué par icelui. Exit l’autoédition et restons entre gens de bonne compagnie. Et vive le changement de cette politique du fric qui nous a conduit tête baissée dans la crise.

Dois-je ajouter que dans d’autres régions il n’y a aucune difficulté pour que dans mon cas les frais  soient pris en compte par les délégations régionales. J’ai les noms mais comme je ne suis pas un délateur, mutisme.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Teyssandier François 20/03/2009 09:56

Exact, on est de moins en moins pour la libre diffusion de la poésie (mon Dieu, il y aurait donc encore des poètes!), un "petit" éditeur indépendant ça fait désordre, qu'est-ce que viendraient faire dans un Salon ô combien prestigieux tous ces galeux qui n'ont pas "pognon" sur rue (sont-ils seulement propres sur eux?)? Allez, circulez, du balai, vous encombrez la belle (sic!)"culture" française avec vos revues artisanales, et si vous faisiez plutôt du fromage de chèvre pour sortir la France de la crise, plutôt que d'enfiler des vers impropres à la consommation?Minable tout ça, et scandaleux. La poésie est bien plus utile que les Traders, mais comme elle ne rapporte rien, n'est-ce pas?Courage, cher Jean-Pierre, nous sommes avec vous! Bien amicalement. François

Articles Récents

Pages