Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 08:08
  LA VIE EST UN DROLE DE CIRQUE

           Loufoque la voiture était-ce le constructeur le résultat valait le détour même si de détours elle ne fit point. Elle ne bougea pas les buissons les vallons le paysage jamais le même des troupeaux et la garrigue j'attendais la Sainte~ Victoire le conducteur livide vociféra il était la victime de forces sataniques je l'observai la chaleur aurait altéré sa raison il me dit tout net le compteur était formel nous étions en bassin parisien depuis le petit matin un long temps harassant.

 

           N'avais-je pas absorbé d'hallucinogènes avec le café? il se troubla jusqu'à la transparence tandis que je m'interrogeais à voix haute.

 

           La Bizarrerie j'aurais juré la reconnaître elle me dépaysait encore.

                                                                        Éliane n'avait jamais aimé la vie terrestre ses turpitudes immuables les bornes kilométriques avaient l'art de durer tous les jours elle non le sommeil son effaceur complice l'amenait doucement jusqu'à la tisane pétale de plaisir verveine vigne rouge olivier millepertuis mauve elle lisait dans les plantes son enfance verte en bouton d'or et orties plus tard elle se mélangerait les dates les soldats allemands cachés dans les tranchées, c'était la bérézina la délivrance elle avait treize ans quelle importance la souffrance était antérieure encore avant jamais eu besoin de lire Cioran. C'était déjà la vie terrestre, la pire de toutes. Elle avait eu ses bonheurs d'enfant le bocage normand pour exploration des heures des journées les herbes hautes jusqu'à la taille les senteurs et le vent la vie sauvageonne seule qui vaille.

 Bien sûr la terre à pleines mains comment comprendraient-ils elle était dans un nuage ils l'ont délogé travail-famille pour la patrie ils avaient déjà donné. Elle ne voulait ni leur parler ni les entendre elle apprit très vite à être sourde ses familiers harcelés par le labeur enregistrèrent sans broncher. Elle avait une langue seulement pour goûter mûres et fraises des bois.

 Elle en ferait des confitures dans sa vie terrestre pleine d'enfants gourmands.  

 

                                                                       Fadila BAHA

 

  dessin Rosy Candau

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

unevilleunpoeme 22/04/2009 18:55

La vie est plus qu'un cirque, c'est une comédie !

Articles Récents

Pages