Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 20:04
de Fabrice Marzuolo cette remarque qu'on peut commenter.
Bonjour,
 
Bravo, Sarko va t'appeler dans sa bande si tu continues sur cette voie! Que des mauvaises propositions, des formules de lessives appliquées à la poésie!
Pourquoi pas aussi :poésie plus  pour gagner plus!
En lisant ce catalogue j'ai l'impression que les poètes sont marginalisés parce qu'on n'a pas voulu d'eux au medef mais qu'ils sont prêts à baisser leur culotte pour y entrer!
Tu cherches quoi exactement? La gloire, la reconnaissance, tu veux passer à la télé?
Pourquoi pas, chacun son truc…Pour ce qui concerne mon avis, je pense que compte tenu de la connerie actuelle, si la poésie se marginalise c'est un signe de bonne santé. Que les cons ne s'intéressent pas à elle, c'est encore un bon point pour elle…Qu'elle soit invendable alors là, c'est la meilleure chose qui puisse lui arriver! Quant à la poésie dans les écoles, alors là avec tous ces couillons à pédophiles qui ont malheureusement échappés à l'avortement salutaire, il n'y aurait pas pire destinée pour elle, laissons  aux jeunes un outil dignes d'eux à savoir l'Internet, ils ont déjà de quoi s'occuper assez longtemps et avec l'informatique on a toujours l'impression d'être dans le sens du progrès, de l'avenir. Bref, que la poésie soit sans avenir justement, c'est le seul horizon encore respirable de nos jours, alors voici ma proposition: ne rien changer!
 
Amicalement

et un deuxième mail après ma réponse
 
Fabrice   


Voilà qui est dit! Si tu ne cherches ni gloire ni fortune, comme moi, je te rassure, nous sommes sur la bonne voie!

A noter au passage que chercher à se faire éditer ne signifie pas vouloir être lu par le plus grand nombre (il me semble que dans le milieu des revuistes et des éditeurs passionnés qui gravitent dans la sphère, le nombre de lecteurs n'augmente pas, en fait, ce sont les mêmes!).

L'important dans ces éditions confidentielles –au sens noble, c'est la reconnaissance de ses pairs…Par exemple, ton avis sur mes écrits, importe pour moi –tu vis en poésie depuis longtemps et tu sais de quoi tu parles. Malgré ces provocations, j'ai beaucoup de respect pour tes actions dans ce domaine, merci à toi.

 

Amicalement

 

Fabrice


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie-Laure 18/01/2008 12:12

C'est quoi cette grosse colère ? Quel manque d'ouverture, Mon Dieu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!La poésie gagnera toujours a être connue, lue et entendue ! Sa musicalité est encore le plus beau cadeau qui puisse nous être donné dans ce monde de brutes !Je suis tout à fait pour un Grenelle de la Poésie. C'est une merveilleuse idée, Jean Pierre.AmitiésMLaure

léon COBRA 18/01/2008 10:44

Vous êtes premier ou deuxième degré ???Moi, c'est au troisième sous-sol...Underground Not Dead !!!Hasta l@ sidoré....Le NaJa

NADAUS 10/01/2008 15:44

voici ma contribution : ce sont des notes rédigées au printemps dernier et que j'ai développées depuis notammentdans l'edito de la revue de la maison de la poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines: Notes pour soleil et cendre   La société du spectacle n'a pas épargné la littérature et singulièrement la poésie. Les « performeurs » genre Verreghen ont conduit aux « slameurs » genre Grand Corps Malade : ils ont autant de rapport avec la poésie que Napoléon avecla Révolution. Juste une question de filiation historique. On pourrait en dire autant, ou presque, de la papauté avec le christianisme... Dans le domaine du roman, il y a longtemps que les digues de la littérature ont explosé au profit du profit ! Que certains écrivains de talent se soient laissé aller à l'idolâtrie du Fric et de la pseudo renommée à base de pub n'y change rien. Surtout, lorsqu'ils prétendent donner des leçons aux politiques ! Lesquels, valent souvent mieux qu’eux question désintéressement... Mais il y a des éditeurs courageux , des revuistes qui ne sont pas que des ascenseurs à renvois de service, des poètes de parole, des écrivains pour qui la littérature n'est pas un exercice mondain et médiatique mais une exigence esthétique et peut-être morale. Il y a encore, également, des critiques qui lisent les livres dont ils parlent et qui ne se cantonnent pas aux livres dont tous les autres parlent. J'en ai rencontrés... Quelques-uns m’ont même sauvé du désespoir. Par-delà les écrans catholiques, il y a la figure indépassable la Parole incarnée. Par-delà les écrans cathodiques, n'en finit pas de renaître la parole des hommes libres et des humbles. C'est pourquoi, aujourd'hui, je suis persuadé que la Révolution passe par les Catacombes.      

André NICOLAS 09/01/2008 12:14

Je ne comprends pas pourquoi des poètes comme Patrice  Marzuolo pratiquent à ce point le sarkasme envers notre Président, regulièrement élu bien que certains prétendent que le résultat s'est joué à filou passe. Certes il ne mesure pas six pieds comme un hexamètre mais sa taille nous fait une belle iambe. C'est un vrai poète. Sa poésie est pleine d'humour-Jeu de mollets tous les matins- et il taquine la muse latine à longueur de journée. Et quel souffle épique possèdent ses mots. Souvenez-vous, il y a peu :"Oh, toi! Pertubateur de sous race bretonne,Descends, si t'es un homme, que ma garde te sonne !"C'est du gaulien. Il est déja entré dans la légende du siècle !

Articles Récents

Pages