Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 09:40
100-0068-IMG.JPG

L’AUTOMANIFESTE NIAIS

  

L’AUTOMANIFESTE NIAIS

 

NIAIS au sens de l’inconscience de celui qui ne sait pas mais produit quand même, existe quand même, et ne se pose aucune question sur la création. Il est cela suffit.

NIAIS mais pas dupe de ce qui se passe dans le monde, de ce qui ne s’écrit pas, de ce qui s’écrit,  de ce qui se décide et de ce qui se fait au jour le jour dans le fatras du quotidien.

NIAIS au sens de Lou ravi, de naïf, d’innocent, de puceau, de rosier.

NIAIS au sens de la non reconnaissance de constructions intellectuelles tarabiscotées.

NIAIS au sens de l’enfant qui passe son temps à découvrir son langage et  tente d’en faire le tour complet.

NIAIS au sens de neuf, de nouveau, de découvreur, de néophyte.

NIAIS n’est pas une posture on est toujours le NIAIS de quelqu’un alors il faut être bien NIAIS pour écrire de la poésie de nos jours.

NIAIS au sens de la fauconnerie comme un oiseau pris au nid

NIAIS au sens du trop fort en thème qui ne sait plus quoi écrire parce qu’il lui parait que tout a été dit.

NIAIS comme celui qui donne toujours des verges pour se faire battre par ses pires amis.

NIAIS comme une fin d’amour que ne peut éteindre l’extincteur du désir

NIAIS mais toujours en avance d’une vigie à regarder dans le blanc de l’œil

NIAIS pour ses proches et ses lointains qui forment la grande famille de ceux qui ont toujours une niaiserie à défendre

NIAIS comme le père Ubu et la machine à décerveler

NIAIS  comme des collégiens dont la pataphysique s’occupe plus que  jamais des tubercules de l’inconscience

NIAIS de la plus belle manière qu’on puisse concevoir c'est-à-dire perméable au moindre frémissement des poètes d’avant

NIAIS mais les doigts de pieds en éventail dans la luzerne des vaches à lait qu’il ne sait  plus traire à deux mains.

L’automanifeste niais peut être appliqué à n’importe quel poète qui accepte le postulat qu’il ne sait rien de la poésie et a tout à inventer.

L’automanifeste niais n’est pas fait pour  rassembler, guider, mener, imposer, il est totalement personnel et fuit tous les prosélytismes.

L’automanifeste niais s’oppose à la théorisation de ce qu’il est, à l’intellectualisation, au laboratoire de recherches linguistique pour laisser la plus grande part à la liberté de création poétique.

L’automanifeste niais est entièrement soluble dans Internet tant la niaiserie des poèmes qu’on peut y lire est incommensurable.

L’automanifeste niais n’est ni raciste, ni sexiste, ni parachutiste bien qu’il sache planer pour redescendre sur terre.

L’automanifeste niais est en perpétuelle évolution et vous pouvez l’appliquer à n’importe quelle écriture.

L’automanifeste niais ne demande pas de dispositions particulières et poste en postulat que la poésie existe partout et qu’il suffit de la saisir avec son cœur.

L’automanifeste niais a beaucoup à apprendre de ceux qui le rejettent sans autre forme de procès

L’automanifeste niais a toujours un métro de retard mais n’a jamais peur de prendre le suivant

L’automanifeste niais saura se faire aimer si vous faites l’effort de l’adapter un peu avant de l’adopter beaucoup.

L’automanifeste niais est donc  un anti manifeste pas niais.

 vous pouvez améliorer cet automanifeste, l'adopter, en dire ce que vous en pensez, le débat est ouvert. Il paraitra dans le prochain numéro 32 de Comme en poésie et sera remanié s'il y a des contributeurs. A vos idées et à vos plumes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Pages