Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

9 février 2005 3 09 /02 /février /2005 00:00

 

CITADINES

CRÉPUSCULE

Là-bas, entre les arbres, on distingue le coucher du soûlaud. Sur des cartons peints et punaisés de pluie. Il a des rayons rouges entourés d’eau. Poignants. Sans ombre. Du coup les passants coupent court, sautent par dessus l’interdiction de traverser, et se réfugient dans la nuit noire avant même qu’elle soit là.

AMOUR

C’est au bois qu’ensemble nous regardons passer la vieille roulotte rimbaldienne avec des enfants bariolés. Tu as une écharpe achetée au pendu qui avait pu casser sa branche avant la mort. Je tiens en moi ta main froide. Bien nouée à mon bras, elle m’a pénétré.

- Ne crains rien, me dis-tu, tu ne casseras pas.

Rimbaud s’éloigne en grinçant.

MORALE

On passe toujours à autre chose en souriant. Les curés en profitent pour dire amen, et les procureurs pour accentuer le déficit. Dans les cérémonies on pousse les enfants à farder l’innocence. C’est toujours par devant qu’ils ne doivent plus bouger.

ACCIDENT

Faites un jeu de Follain-gaillard. Ajoutez Balthus aux petites filles qui traversent la rue sans regarder. Même en revenant du quai aux fleurs, elles ne peuvent croiser leurs jambes sans renverser le vieux monsieur. Encore plus si le banquet s’est prolongé jusqu’à l’affection mutuelle...

S.D.F.

Sur le quai, un quart d’heure à attendre. On compte les pavés pour tomber juste jusqu’à la Seine. Il manque une dent au rieur de pierre. Une mouche entre et sort, puis rentre et ne sort plus. Un homme longe le quai, s’éloigne derrière un pont. Sans domicile fixe, il n’a pas à rester là.

IMMEUBLE

Sous les combles, l’amour partage l’amande en deux. Aucun pigeon sur le zinc n’annoncera philippines... Dans l’escalier ça papote des talons, ça arrache la porte, ça se donne à la rue. On ne saura plus rien de ce parfum qui glisse sur la rampe et fait voler sa jupe.

AFFAIRE

En s’habillant, il expédiait les affaires courantes. Derrière lui l’armoire entrait dans les moeurs, le miroir palpait l’entreprise, son portable déboutonnait le premier appel qui n’avait rien sous la jupe.

CENT PAS

La reluisée du coin de rue, avec sous l’épaule un sac rouge. Elle anime l’orée d’un bar, tourne et revient sans faire un pli. Toujours tendue. Comme si l’accordeur était passé.

Partager cet article

Repost 0
Claude Albarède - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Pages